Aller au contenu principal
Représentation au Luxembourg
Article d’actualité30 novembre 2023Représentation au Luxembourg

L'UE appelle à accélérer la réduction des émissions et la transition vers une énergie propre lors de la COP 28

Lors de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP 28) qui débutera le 1er décembre à Dubaï, l'Union européenne invitera toutes les parties à adopter d'urgence des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre pendant cette décennie et à respecter les engagements pris dans le cadre de l'accord de Paris en vue de limiter le réchauffement de la planète à moins de 2 °C et de s'approcher aussi près que possible de 1,5 °C.

La présidente von der Leyen assistera au sommet mondial sur l'action pour le climat, qui inaugurera officiellement la COP 28 les 1er et 2 décembre. Le 1er décembre, dans le pavillon de l'UE, elle accueillera un événement de haut niveau visant à promouvoir des marchés du carbone alignés sur l'accord de Paris, aux côtés du Fonds monétaire international, de la Banque mondiale et de l'Organisation mondiale du commerce, de même qu'une manifestation de lancement pour des projets énergétiques de pointe au titre du partenariat UE-Catalyst et un événement sur le partenariat pour une transition énergétique juste avec le Viêt Nam. Le 2 décembre, la présidente von der Leyen lancera l'engagement mondial en faveur des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique, en collaboration avec la présidence de la COP 28, en vue de tripler la capacité installée en matière d'énergies renouvelables et de doubler les mesures d'efficacité énergétique d'ici à 2030. Elle interviendra également lors du sommet sur les super polluants, assistera à l'événement consacré à l'initiative «Coal Transition Accelerator (CTA)», participera à la table ronde sur le bilan mondial concernant les moyens de mise en œuvre et présentera la déclaration officielle de l'UE lors de la séance plénière, aux côtés de Charles Michel, président du Conseil européen.

À partir du 6 décembre, Wopke Hoekstra, commissaire chargé de l'action pour le climat, dirigera l'équipe de négociation de l'UE dans le cadre du processus décisionnel formel de la COP 28. La COP 28 marquera l'aboutissement du premier bilan mondial au titre de l'accord de Paris, qui permettra à l'ensemble des parties d'examiner les progrès accomplis et les mesures à prendre pour corriger notre trajectoire vers un climat plus sûr et respecter les objectifs de l'accord de Paris. L'UE encouragera tous les partenaires à convenir d'objectifs énergétiques mondiaux visant à accélérer l'élimination progressive des combustibles fossiles sans dispositif d'atténuation, dans le cadre du renforcement des ambitions mondiales en matière d'atténuation du changement climatique. Ses objectifs de négociation sont notamment les suivants:

  • tripler la capacité mondiale en matière d'énergies renouvelables et doubler les taux d'amélioration de l'efficacité énergétique d'ici à 2030;
  • parvenir à un accord sur l'élimination progressive des combustibles fossiles sans dispositif d'atténuation;  
  • faire en sorte que le pic de la consommation de combustibles fossiles intervienne avant 2030;
  • supprimer progressivement les subventions en faveur des combustibles fossiles qui ne contribuent pas à lutter contre la précarité énergétique ou à favoriser une transition juste.

Par ailleurs, le bilan mondial doit établir clairement que les parties commenceront à travailler sans délai sur les objectifs pour l'après-2030 (CDN) et que ces objectifs correspondront à des réductions à l'échelle de l'économie de tous les gaz à effet de serre, afin d'éviter une hausse de 1,5 °C des températures et de parvenir à la mise en place d'une économie mondiale à zéro émission nette d'ici le milieu du siècle. En outre, l'équipe de négociation de la Commission plaidera pour une mise en œuvre rapide des engagements existants afin de passer des discours ambitieux aux actions concrètes, notamment par la poursuite du programme de travail en matière d'atténuation du changement climatique visant à relever d'urgence le niveau d'ambition et de mise en œuvre en matière d'atténuation durant cette décennie critique.

En ce qui concerne l'adaptation au changement climatique, l'UE s'est engagée à progresser nettement vers la réalisation de l'objectif mondial en matière d'adaptation. Les solutions fondées sur la nature jouent un rôle crucial pour permettre l'adaptation au changement climatique et préserver la biodiversité, conformément au cadre mondial de la biodiversité de Kunming-Montréal, signé l'an passé.

En ce qui concerne la question des pertes et préjudices, l'UE continuera à rechercher des solutions efficaces pour répondre à la diversité de besoins des pays vulnérables déjà confrontés aux effets du changement climatique. Elle s'efforcera de tirer parti de l'élan imprimé par le récent accord sur un fonds pour pertes et préjudices. Elle s'est engagée à rendre le fonds opérationnel, avec une large base de donateurs, et sera prête à jouer un rôle moteur en matière de contributions, en vue d'obtenir des résultats ambitieux lors de la COP 28, y compris en matière d'atténuation.

Nous collaborerons avec les pays développés pour faire en sorte qu'ils augmentent leurs contributions au financement de la lutte contre le changement climatique afin de continuer à atteindre l'objectif annuel de 100 milliards de dollars. En 2022, l'UE a versé une contribution record de 28,5 milliards d'euros pour financer la lutte contre le changement climatique (environ 30 milliards de dollars). À l'échelle mondiale, les données préliminaires de l'OCDE indiquent que l'objectif de 100 milliards de dollars a été atteint en 2022, mais que les pays développés devront continuer à accroître leur contribution pour pouvoir parvenir à la neutralité climatique mondiale au début de la seconde moitié du siècle.

La Commission organisera près de 100 manifestations parallèles au pavillon de l'UE à Dubaï. Ces manifestations organisées en marge de la conférence porteront sur un large éventail de questions liées au climat, telles que la protection de la biodiversité et la restauration de la nature, la sécurité énergétique et la transition écologique, les transports propres, les marchés du carbone, la finance durable, la sécurité alimentaire et la sécurité de l'eau, ainsi que la recherche et l'innovation. Plusieurs membres du collège des commissaires participeront à ces événements et à d'autres manifestations de la COP 28, notamment le vice-président exécutif Maroš Šefčovič (1er-6 décembre), la vice-présidente Dubravka Šuica (8 décembre), le commissaire Johannes Hahn (2-3 décembre), le commissaire Janez Lenarčič (3 décembre), la commissaire Kadri Simson (3-5 décembre) et le commissaire Virginijus Sinkevičius (9 décembre). Leurs agendas complets seront disponibles en ligne.

Contexte

Dans le cadre de l'accord de Paris de 2015, 194 pays ont convenu de soumettre des contributions déterminées au niveau national (CDN), qui représentent leurs objectifs individuels de réduction des émissions. Ensemble, ces CDN devraient aider à maintenir l'élévation moyenne de la température mondiale en dessous de 2 °C et aussi près que possible de 1,5 °C d'ici à la fin du siècle. Dans ses rapports de 2022, le Groupe d'experts intergouvernemental des Nations unies sur l'évolution du climat (GIEC) a mis en garde contre le fait que le niveau de 1,5 °C serait très probablement atteint au cours des deux prochaines décennies et que seule une réduction des plus drastiques et immédiate des émissions de carbone permettrait d'éviter une catastrophe environnementale. Un tel niveau de température aurait des répercussions extrêmement graves, posant un véritable défi existentiel.

L'Union européenne est un acteur mondial de premier plan dans le domaine de l'action pour le climat, puisqu'elle a déjà réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 32,5 % depuis 1990, tout en développant son économie de plus de 60 %. Avec le pacte vert pour l'Europe, présenté en décembre 2019, l'UE a encore accru son ambition climatique en s'engageant à atteindre la neutralité climatique d'ici à 2050. Cet objectif est devenu juridiquement contraignant avec l'adoption et l'entrée en vigueur de la loi européenne sur le climat, en juillet 2021. La loi sur le climat fixe également un objectif intermédiaire consistant à réduire les émissions nettes de gaz à effet de serre d'au moins 55 % d'ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Cet objectif pour 2030 a été communiqué à la CCNUCC en décembre 2020 en tant que CDN de l'UE dans le cadre de l'accord de Paris.

En 2021, l'UE a présenté un ensemble de propositions visant à rendre ses politiques en matière de climat, d'énergie, d'utilisation des sols, de transport et de fiscalité aptes à réduire les émissions nettes de gaz à effet de serre d'au moins 55 % d'ici à 2030. La plupart de ces propositions étant désormais pleinement adoptées, l'UE et ses États membres s'attachent désormais à mettre en œuvre ces politiques afin de faire progresser la transition écologique. Le 16 octobre, l'Union européenne a présenté une mise à jour de sa CDN montrant qu'elle est en voie de dépasser son objectif de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre de 55 % d'ici 2030, par rapport aux niveaux de 1990. Selon les estimations de la Commission, la mise en œuvre intégrale de la législation «Ajustement à l'objectif 55» permettra une réduction de 57 %. La prochaine série de contributions déterminées au niveau national devrait être présentée d'ici à 2025, pour ce qui concerne les réductions des émissions après 2030.

Le financement de la lutte contre le changement climatique est essentiel pour aider les communautés vulnérables à se prémunir contre les effets de ce phénomène et pour favoriser une croissance économique durable. Les pays développés se sont engagés à mobiliser un total de 100 milliards de dollars par an au titre du financement international de l'action climatique entre 2020 et 2025, afin d'aider les pays les plus vulnérables, et en particulier les petits États insulaires, dans leurs efforts d'atténuation et d'adaptation. L'UE est le premier bailleur de fonds de cette action, puisqu'elle contribue à environ un tiers de l'objectif visé. Il incombe à d'autres pays donateurs d'intensifier leurs efforts en vue de combler le déficit actuel.

Pour en savoir plus
Mandat de négociation de l'UE pour la COP28
Programme des manifestations parallèles organisées par l'UE lors de la COP28
Partenariat pour une transition énergétique juste avec le Viêt Nam

 

Détails

Date de publication
30 novembre 2023
Auteur
Représentation au Luxembourg