Aller au contenu principal
Représentation au Luxembourg
Article d’actualité11 septembre 2023Représentation au Luxembourg7 min de lecture

Prévisions économiques de l'été 2023: Ralentissement de la dynamique de croissance dans un contexte d'inflation en baisse et de marché du travail solide

Press conference by Paolo Gentiloni, European Commissioner, on the Summer 2023 Economic Forecast

La Commission européenne a présenté aujourd'hui les prévisions économiques de l'été 2023.

L'économie de l'UE continue de croître, bien que plus lentement. Dans ces prévisions, la croissance de l'économie de l'UE est revue à la baisse et passe à 0,8 % en 2023, contre 1 % annoncé dans les prévisions du printemps, et à 1,4 % en 2024, contre 1,7 %. Il en va de même pour la croissance de la zone euro, qui s'affiche à 0,8 % en 2023 (contre 1,1 %) et à 1,3 % en 2024 (contre 1,6 %).

L'inflation devrait continuer de diminuer au cours de la période de prévision. Dans l'UE, l'inflation mesurée par l'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) devrait désormais atteindre 6,5 % en 2023 (contre 6,7 % au printemps) et 3,2 % en 2024 (contre 3,1 %). Dans la zone euro, l'inflation devrait s'établir à 5,6 % en 2023 (contre 5,8 %) et à 2,9 % en 2024 (contre 2,8 %).

Ralentissement de la croissance

Les données les plus récentes confirment que l'activité économique dans l'UE a été modérée au cours du premier semestre de 2023 en raison des chocs considérables que l'UE a subis. La faiblesse de la demande intérieure, en particulier de la consommation, montre que les prix à la consommation élevés et toujours en hausse pour la plupart des biens et services pèsent plus lourdement qu'annoncé dans les prévisions du printemps. Et ce en dépit de la baisse des prix de l'énergie et de la vigueur exceptionnelle du marché du travail, qui a enregistré des taux de chômage historiquement bas, de la poursuite de l'expansion de l'emploi et de la hausse des salaires. Dans le même temps, le fort ralentissement de l'octroi de crédits bancaires à l'économie montre que le resserrement de la politique monétaire se matérialise dans l'économie. Les indicateurs affichent à présent un ralentissement de l'activité économique au cours de l'été et des mois à venir, illustré par un affaiblissement continu de l'industrie et une atténuation de la dynamique des services, malgré une saison touristique remarquable dans de nombreuses régions d'Europe.

L'économie mondiale a obtenu des résultats quelque peu supérieurs à ce qui était annoncé au premier semestre de l'année, malgré des résultats médiocres en Chine. Toutefois, les perspectives pour la croissance et le commerce mondiaux restent globalement inchangées par rapport au printemps, ce qui signifie que l'économie de l'UE ne peut pas compter sur un soutien massif de la demande extérieure.

Dans l'ensemble, le ralentissement de la croissance dans l'UE devrait perdurer en 2024 et les effets d'une politique monétaire stricte devraient continuer à freiner l'activité économique. Toutefois, un léger rebond de la croissance est prévu l'année prochaine car l'inflation devrait continuer de diminuer, le marché du travail devrait rester solide et les revenus réels devraient se redresser progressivement.

Poursuite de la baisse de l'inflation

L'inflation a continué de reculer au cours du premier semestre de 2023 en raison de la baisse des prix de l'énergie et du relâchement des tensions inflationnistes exercées par les produits alimentaires et industriels. Dans la zone euro, elle a atteint 5,3 % en juillet, soit exactement la moitié du pic de 10,6 % enregistré en octobre 2022, et elle est restée stable en août. 

Les prix de l'énergie devraient continuer à diminuer pour le reste de l'année 2023, bien que plus lentement. Ils devraient à nouveau augmenter légèrement en 2024 du fait de la hausse des prix du pétrole. L'inflation dans les services s'est révélée plus tenace que prévu, mais elle devrait continuer à ralentir à mesure que diminue la demande sous l'effet du resserrement de la politique monétaire et de l'essoufflement de la reprise post-COVID. Les prix des produits alimentaires et des biens industriels hors énergie continueront à participer au recul de l'inflation au cours de la période de prévision, reflétant également la baisse des prix des intrants et la normalisation des chaînes d'approvisionnement.

Des prévisions teintées de risques et d'incertitudes

La guerre d'agression que mène actuellement la Russie contre l'Ukraine et les tensions géopolitiques qui règnent plus largement restent source de risques et d'incertitudes. En outre, le resserrement de la politique monétaire pourrait peser plus lourdement que prévu sur l'activité économique, mais pourrait aussi entraîner une baisse plus rapide de l'inflation, ce qui permettrait de rétablir plus rapidement les revenus réels. En revanche, les tensions sur les prix pourraient persister.

L'augmentation des risques climatiques, illustrée par les conditions météorologiques extrêmes ainsi que les incendies de forêt et les inondations sans précédent de cet été, se fait également sentir dans les prévisions.

Contexte

Les prévisions économiques de l'été 2023 actualisent les prévisions économiques du printemps 2023, présentées en mai 2023.

Il s'agit de prévisions intermédiaires, comprenant des projections en matière de PIB et d'inflation pour les économies des six plus grands États membres de l'UE, pour la zone euro et pour l'Union dans son ensemble. Les dernières évolutions économiques des 21 autres États membres sont abordées dans l'analyse globale et sont prises en compte dans le calcul des agrégats pour l'UE et la zone euro.

Les prévisions de l'été reposent sur un ensemble d'hypothèses techniques – fondées sur des données arrêtées au 30 août 2023 – relatives aux taux de change, aux taux d'intérêt et aux prix des matières premières. Pour toutes les autres données nécessaires, y compris les hypothèses relatives aux politiques publiques, les prévisions prennent en considération des informations allant jusqu'au 7 septembre 2023 inclus.

La Commission publie chaque année deux séries de prévisions complètes (printemps et automne) et deux séries intermédiaires (hiver et été). L'édition 2023 des prévisions d'été est présentée plus tard que les années précédentes afin de pouvoir prendre en compte plusieurs données clés publiées en juillet et en août.

Les prochaines prévisions économiques de la Commission seront celles de l'automne 2023, dont la publication est prévue pour novembre 2023.

Pour en savoir plus

Document intégral: Prévisions économiques de l'été 2023

Suivre le vice-président Dombrovskis sur Twitter: @VDombrovskis

Suivre le commissaire Gentiloni sur Twitter: @PaoloGentiloni

Suivre la DG ECFIN sur Twitter: @ecfin

Citation(s)

L’économie de l’Union a subi deux chocs importants: la pandémie et la guerre non provoquée menée par la Russie contre l’Ukraine. Le taux d’inflation très élevé a eu des conséquences négatives, mais il est désormais à la baisse. Après une période de faiblesse, la croissance devrait reprendre légèrement l’an prochain, soutenue par un marché du travail solide, un taux de chômage historiquement bas et une atténuation des tensions sur les prix. Si notre économie est sur la voie de la croissance, l’incertitude reste élevée et nous devons suivre les risques de près. La mise en œuvre de réformes et d’investissements au titre de la facilité pour la reprise et la résilience reste essentielle pour maintenir l’économie de l’UE sur la bonne voie.

Valdis Dombrovskis, vice-président exécutif pour une économie au service des personnes - 11/09/2023

 

L’UE a évité une récession l’hiver dernier. Ce n’est pas rien compte tenu de l’ampleur des chocs auxquels nous avons été confrontés. Cette résilience, qui apparaît le plus clairement dans la vigueur du marché du travail, témoigne de l’efficacité de notre réaction commune. Toutefois, les nombreux vents contraires qui ont soufflé sur nos économies cette année ont entraîné une dynamique de croissance plus faible que prévu au printemps. L’inflation baisse, mais à des rythmes différents d’un État membre à l’autre. Et la guerre brutale menée par la Russie contre l’Ukraine continue d’engendrer non seulement des souffrances humaines, mais aussi des perturbations économiques. Cependant, nous devons avoir confiance dans l’avenir de l’économie européenne. Il y a tant à faire pour soutenir une croissance soutenue et durable. La mise en œuvre effective des plans nationaux pour la reprise et la résilience demeure une priorité essentielle. Il convient de mener des politiques budgétaires prudentes et favorisant l’investissement, en phase avec les efforts actuellement déployés par nos banques centrales pour maîtriser l’inflation. Enfin, nous devons œuvrer avec détermination afin de conclure un accord sur la réforme de nos règles budgétaires d’ici à la fin de l’année.

Paolo Gentiloni, commissaire à l'économie - 11/09/2023

Détails

Date de publication
11 septembre 2023
Auteur
Représentation au Luxembourg