Skip to main content
Logo de la Commission européenne
Représentation au Luxembourg
Article d’actualité19 décembre 2022Représentation au Luxembourg

COP15: un accord mondial historique pour la nature et les peuples

Sustainable wildlife management near Makira Natural Park, Madagascar

Tôt ce matin, à la conférence des Nations unies sur la biodiversité (COP15) organisée à Montréal, au Canada, l'UE a rejoint les 195 pays signataires d'un accord historique, le cadre mondial de Kunming-Montréal en matière de biodiversité. Ce cadre énumère une série d'objectifs généraux et ciblés visant à protéger et à restaurer la nature pour les générations actuelles et futures, à garantir son utilisation durable et à stimuler les investissements en faveur d'une économie mondiale verte. Avec l'accord de Paris sur le climat, il pose les jalons d'un monde climatiquement neutre, respectueux de la nature et résilient d'ici à 2050.

L'accord de Kunming-Montréal constitue un cadre solide, assorti d'objectifs généraux et spécifiques clairs et mesurables, et prévoyant des dispositions complètes en matière de contrôle, de rapports et de réexamen afin de suivre les progrès accomplis, auxquelles s'ajoute un ensemble consistant de mesures visant à mobiliser des ressources.

Plus de la moitié du PIB mondial dépend des services écosystémiques. 70 % des personnes les plus vulnérables au monde dépendent directement des espèces sauvages. L'accord de Kunming-Montréal catalysera l'adoption de politiques ambitieuses partout dans le monde et entraînera la mobilisation de financements en faveur de la biodiversité issus de toutes les sources, à hauteur de 200 milliards d'USD par an d'ici à 2030. Par cet accord, la communauté internationale s'engage à prendre des mesures pour protéger et restaurer la nature et éliminer la pollution – des mesures telles que celles qui font partie du pacte vert pour l'Europe. C'est ainsi que la nature pourra continuer de servir de soutien à des sociétés, des économies et des communautés dans les décennies à venir.

Des objectifs généraux et spécifiques pour guider une action ambitieuse à l'horizon 2030 et 2050

L'accord de Kunming-Montréal sur la biodiversité prévoit d'importants objectifs mondiaux, parmi lesquels:

  • restaurer 30 % des écosystèmes dégradés à l'échelle mondiale (sur terre comme en mer) d'ici à 2030;
  • conserver et gérer 30 % des zones (terrestres, intérieures, côtières et marines) d'ici à 2030;
  • enrayer l'extinction des espèces connues et, d'ici à 2050, réduire par dix le risque et le taux d'extinction de toutes les espèces (y compris inconnues);
  • réduire les risques liés aux pesticides d'au moins 50 % d'ici à 2030;
  • réduire les pertes de nutriments dans l'environnement d'au moins 50 % d'ici à 2030;
  • réduire les risques de pollution et les conséquences négatives de la pollution, quelles qu'en soient les sources, d'ici à 2030, en la ramenant à des niveaux qui ne nuisent pas à la biodiversité et aux fonctions écosystémiques;
  • réduire l'empreinte mondiale de consommation d'ici à 2030, en limitant significativement la surconsommation et la production de déchets et en diminuant de moitié le gaspillage alimentaire, entre autres mesures;
  • gérer de manière durable les zones consacrées à l'agriculture, à l'aquaculture, à la pêche et à la sylviculture et accroître nettement le recours à l'agroécologie et à d'autres pratiques respectueuses de la biodiversité;
  • lutter contre le changement climatique à l'aide de solutions fondées sur la nature;
  • réduire le taux d'introduction et d'implantation d'espèces exotiques envahissantes d'au moins 50 % d'ici à 2030;
  • veiller à ce que l'utilisation et le commerce d'espèces sauvages s'effectuent de manière sûre, légale et durable d'ici à 2030;
  • rendre les espaces urbains plus respectueux de l'environnement.

Mobiliser des fonds et permettre aux entreprises de prendre leurs responsabilités en matière de biodiversité

L'accord augmentera considérablement le financement en faveur de la biodiversité, toutes sources confondues – nationales, internationales, publiques et privées – en permettant de mobiliser au moins 200 milliards d'USD par an d'ici à 2030. Il créera des incitations pour les financements nationaux et internationaux, y compris les investissements des entreprises.

Il s'attaque également au problème des subventions préjudiciables à la biodiversité, avec l'engagement de recenser d'ici à 2025 et de supprimer d'ici à 2030 ces aides à hauteur d'un montant total minimum de 500 milliards d'USD par an.

Dans le cadre de l'accord, l'UE a souscrit à un train de mesures de solidarité internationale, en particulier à l'égard des pays les plus vulnérables et les plus riches en biodiversité. Le nouveau Fonds mondial pour la biodiversité, dérivé du Fonds pour l'environnement mondial, sera ouvert à toutes les sources de financement.

Autre évolution majeure destinée à renforcer l'action des entreprises en faveur de la biodiversité, les grandes multinationales et les institutions financières multilatérales devront régulièrement surveiller, évaluer et rendre publics les risques, les dépendances et les impacts sur la biodiversité, et informer les consommateurs afin de promouvoir une consommation durable.

L'engagement de l'UE a créé des conditions propices à un accord

L'unité et le leadership européens ont été d'une importance cruciale tout au long des quatre ans de négociations. À Montréal, l'équipe de négociation de l'UE, menée par le commissaire Sinkevičius, ainsi que les États membres de l'UE, sous la coordination de la présidence tchèque du Conseil, ont réussi à créer un cadre propice et à porter des ambitions à la hauteur des avancées obtenues en matière financière.

L'accord conclu vient fortement relancer le multilatéralisme, à un moment où la solidarité et la coopération internationales sont plus que jamais nécessaires.

Prochaines étapes

À présent que les négociations sur le nouvel accord se sont achevées, les pays signataires doivent mettre en œuvre le cadre au moyen de mesures nationales et internationales.

Avant la prochaine COP, en 2024, tous les pays devront avoir élaboré des stratégies et des plans d'action nationaux actualisés en faveur de la biodiversité ainsi que des stratégies nationales de financement de la biodiversité. Il s'agira d'évaluer, lors des futures COP, si l'impact cumulé des mesures nationales est suffisant pour atteindre les objectifs fixés à l'échelle mondiale pour 2030 et 2050.

Parallèlement à l'action politique, les pays signataires et les institutions financières multilatérales vont désormais s'atteler sans délai à la mobilisation de financements.  

Le pacte vert pour l'Europe place l'UE à l'avant-garde de cette transformation économique mondiale. Nos propositions, dont celle, récemment adoptée, concernant le règlement sur les chaînes d'approvisionnement «zéro déforestation», et d'autres travaux sur l'élimination de la pollution seront nos instruments de choix pour concrétiser l'accord de Kunming-Montréal.

Contexte

Préserver la santé de la nature, verdir nos villes et conserver l'incroyable diversité biologique de notre planète sont autant d'aspects essentiels pour notre avenir. La nature nous procure de l'eau propre, des aliments nutritifs, elle nous protège des inondations et contribue à atténuer le changement climatique.

Lors de la COP15 à Montréal, l'UE a formé des alliances et souscrit à des initiatives pour contribuer à la concrétisation sur le terrain du cadre mondial en matière de biodiversité. L'UE et une partie de ses États membres, ainsi que plusieurs autres pays, ont uni leurs forces en vue d'accroître nettement le financement en faveur de la biodiversité, toutes sources confondues. L'UE s'est également associée à des initiatives clés visant à aider les pays partenaires à renforcer leurs capacités et leurs connaissances pour mettre en œuvre le cadre mondial en matière de biodiversité. Il s'agit notamment du «partenariat d'accélération» (Accelerator Partnership), visant à soutenir la mise en œuvre future du cadre mondial en matière de biodiversité, et du «service mondial d'appui à la connaissance pour la biodiversité» (Global Knowledge Support Service for Biodiversity), destiné à aider les pays à suivre les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs en matière de biodiversité. Elle a en outre signé avec le Guyana un accord sur le commerce durable de bois légal.

Pour en savoir plus

Déclaration de la présidente von der Leyen au sujet de l'accord de Kunming-Montréal sur la biodiversité

L'UE à la 15e conférence mondiale sur la biodiversité (COP15)

Quote(s)

L’accord conclu à la COP15 marque un tournant historique dans l’action visant à protéger la nature, à restaurer les écosystèmes et à faire en sorte que notre planète reste un lieu vivable. Il y va de notre survie: l’humanité n’a pas d’avenir sur une planète morte. Nous avons besoin de la nature et de la biodiversité pour assurer notre sécurité alimentaire, pour notre économie, notre bien-être et notre santé. La nature est aussi notre meilleure alliée dans la lutte contre la crise climatique. Lorsque nous restaurons et protégeons la nature, elle peut nous aider à nous adapter et à nous prémunir contre les effets les plus graves du changement climatique.

Frans Timmermans, vice-président exécutif chargé du pacte vert pour l'Europe - 19/12/2022

 

Nous avons conclu cette nuit un accord historique pour l’avenir de l’humanité sur Terre. L’accord de Kunming-Montréal sur la biodiversité nous ouvre la possibilité d’assurer un avenir sain sur notre planète. Cet accord couvre tous les fronts: il permettra de restaurer, d'ici à 2030, 30 % des écosystèmes dégradés, sur terre comme en mer, et de conserver 30 % des zones marines et terrestres mondiales. Il réduira les risques de pollution, mettra fin aux subventions préjudiciables à la biodiversité, mobilisera des financements et associera les entreprises à l’effort collectif, en veillant à ce qu’elles prennent leurs responsabilités. Gardons bien à l’esprit que, sans Montréal, il n’y aura pas de Paris, car nous devons protéger la biodiversité pour atteindre nos objectifs climatiques. L’accord conclu aujourd’hui est une réussite sur toute la ligne, et je suis fier que nous y soyons parvenus. C’est maintenant que le vrai travail commence, pour traduire nos engagements sur le papier en actions concrètes dans le monde entier.

Virginijus Sinkevičius, commissaire à l'environnement, aux océans et à la pêche - 19/12/2022

Détails

Date de publication
19 décembre 2022
Auteur
Représentation au Luxembourg