Aller au contenu principal
Représentation au Luxembourg
Article d’actualité11 mars 2022Représentation au Luxembourg

Déclaration de la Présidente von der Leyen sur le quatrième train de mesures restrictives à l'encontre de la Russie

Participation of Ursula von der Leyen, President of the European Commission, to the Informal Summit of Heads of State and Government on the European Growth and Investment Model for 2030

L'invasion sans merci de l'Ukraine par la Russie se poursuit. Les civils sont agressés sans relâche, jusque dans les écoles, les appartements et les hôpitaux. Et malgré les offres répétées de la partie ukrainienne, la Russie n'a pas manifesté sa volonté de s'engager sérieusement dans des négociations pour trouver une solution diplomatique. Au lieu de cela, tout ce que nous entendons, ce sont de nouveaux mensonges et de fausses accusations. Et, très cyniquement, les couloirs humanitaires ne sont toujours pas ouverts ou alors sont bombardés par les forces russes alors qu'ils viennent d'être annoncés.

Aujourd'hui, nous, c'est-à-dire l'UE et nos partenaires du G7, continuons donc à travailler main dans la main pour accroître la pression économique contre le Kremlin. Les trois grandes vagues de sanctions que nous avons adoptées, ainsi que leur extension cette semaine, ont frappé très durement l'économie russe. Le rouble s'est effondré. De nombreuses grandes banques russes sont coupées du système bancaire international. Des entreprises quittent le pays, l'une après l'autre, ne voulant pas que leurs marques soient associées à un régime meurtrier. Demain, nous adopterons un quatrième train de mesures pour isoler encore davantage la Russie et épuiser les ressources qui lui servent à financer cette guerre barbare.

Premièrement, nous refuserons à la Russie le statut de nation la plus favorisée sur nos marchés. Cela supprimera les avantages importants dont bénéficie la Russie en tant que membre de l'OMC. Les entreprises russes n'auront plus droit à un traitement privilégié dans nos économies. Nous nous emploierons également à suspendre les droits de la Russie dans les principales institutions financières multilatérales, notamment le Fonds monétaire international et la Banque mondiale. Nous veillerons à ce que la Russie ne puisse pas obtenir de financements, de prêts ou d'autres avantages de la part de ces institutions. Parce que la Russie ne peut pas violer grossièrement le droit international tout en espérant bénéficier des privilèges liés à l'appartenance à l'ordre économique international.

Deuxièmement, nous continuerons à faire pression sur les élites russes proches de Poutine, ainsi que sur leurs familles et leurs facilitateurs. C'est la raison pour laquelle les ministres des finances, de la justice et de l'intérieur du G7 se réuniront la semaine prochaine pour coordonner le groupe de travail que nous avons mis en place pour cibler les partisans de Poutine.

Troisièmement, nous veillerons à ce que l'État russe et ses élites ne puissent pas utiliser les crypto-actifs pour contourner les sanctions. Nous empêcherons le groupe proche de Poutine et les architectes de sa guerre d'utiliser ces biens pour accroître et transférer leurs richesses. 

Quatrièmement, nous interdirons l'exportation de tout produit de luxe européen de nos pays vers la Russie, ce qui portera un coup sérieux à l'élite russe. Ceux qui soutiennent la machine de guerre de Poutine ne devraient plus pouvoir profiter de leur mode de vie aveugle alors que les bombes tombent sur des innocents en Ukraine.

Cinquièmement, chose très importante, nous interdirons l'importation de biens essentiels dans le secteur du fer et de l'acier en provenance de la Fédération de Russie. Cela touchera un secteur central du système russe, le privera de milliards de recettes d'exportation et garantira que nos citoyens ne subventionnent pas la guerre de Poutine.

Enfin: nous proposerons une interdiction massive des nouveaux investissements européens dans le secteur énergétique russe. Parce que nous ne devons pas nourrir la dépendance énergétique dont nous voulons nous débarrasser. Cette interdiction concernera tous les investissements, transferts de technologies, services financiers, etc. destinés à l'exploration et à la production d'énergie, et aura donc un impact considérable sur Poutine.

L'UE se tient résolument aux côtés du courageux peuple ukrainien. C'est la raison pour laquelle, ce matin, nous avons débloqué 300 millions d'euros d'aide macrofinancière d'urgence pour soutenir les finances de l'Ukraine. Il s'agit de la première tranche de notre aide financière de 1,2 milliard d'euros. D'autres suivront. Cette crise est sans précédent. De même, l'unité et la rapidité de réaction dont nos démocraties ont fait preuve jusqu'à présent sont du jamais-vu. Je l'ai déjà dit et je le dirai encore, avec fermeté: l'Ukraine triomphera.

Détails

Date de publication
11 mars 2022
Auteur
Représentation au Luxembourg